Chroniques, Cinéma, Tags & Tops

Top 3 des « pires » films de 2021

Bonjour à tous !

Comme vous le savez peut-être, ce qui m’a le plus manqué lors des confinements était d’aller au cinéma. Depuis leurs réouvertures, j’ai eu l’occasion de voir une petite dizaine de films : si j’ai apprécié la plupart de ceux que j’ai vu, d’autres ne m’ont en revanche pas convaincu. Ce sont eux dont j’aimerais vous parler aujourd’hui. Mais avant de commencer, je vous rappelle qu’il ne s’agit bien évidemment que de mon humble avis et je suis par ailleurs ouverte à la discussion. Et pour être tout à fait honnête, certains détails m’ont peut-être échappé et qu’avec le temps j’ai pu en oublier. En outre, j’ai envie de vous parler de ces films de façon plus légère que d’habitude, donc ne vous affolez pas si j’exagère un peu. ^^

Cet article contient des spoilers.

Médecin de nuit

Voir la bande-annonce ici !

En soit, l’idée de départ n’est pas mauvaise (en fait, c’est le cas pour tous les films de cette liste) : un médecin de nuit, Mikaël, se retrouve coincé entre vie privée et professionnelle, s’occupant de patients que personne n’a envie d’entendre parler, les toxicomanes. Mais c’est bien ce dernier point qui est selon moi le plus problématique. D’un côté, Mikaël, pour des raisons de loyauté envers son cousin pharmacien endetté – et parce qu’il ne sait pas dire non, soyons francs -, est contraint de prendre part à un trafic de Subutex (substitut à l’héroïne) en prescrivant ce médicament à la chaîne et sans voir le patient ; de l’autre côté, lorsque ses supérieurs hiérarchiques se rendent compte du nombre suspect d’ordonnances, celui-ci se défend avec de beaux discours du type « Moi au moins, j’aide ces gens que les pouvoirs publics refusent d’aider. ». Alors pourquoi pas faire un film sur le sujet mais en l’occurrence, dans cette configuration, je doute de l’efficacité de cette aide. Je déteste vraiment quand on veut que j’ai d’office la même opinion politique sur un sujet, comme si cela était évident et non-négociable.

Un autre point qui m’a chiffonné, c’est l’absence de profondeur des personnages. Ils sont tous un peu la caricature d’eux-mêmes, avec des réactions tellement clichés, tout comme les situations qu’ils rencontrent ; par exemple, les problèmes de couple auxquels Mikaël doit faire face parce qu’il travaille « trop », et le fait qu’il trompe sa femme avec la fiancée de son cousin pharmacien (😵🔫), est-ce vraiment très novateur ?

La qualité que je peux trouver à ce film, c’est son atmosphère pesante, mais avec autant de mésaventures kafkaïennes, c’est plutôt logique. La lumière hivernale dans les rues des quartiers populaires de Paris est aussi très convaincante. Il y a même quelques rebondissements en fin de film, mais là encore, assez prévisibles.

En conclusion, je ne vous recommande pas ce film, ce n’est certes pas le plus mauvais, mais je crois pas m’en souvenir d’ici quelques années.

Benedetta

Voir la bande-annonce ici !

En regardant quelques critiques de ce film, j’ai appris après coup – honte à moi – que ce réalisateur est connu, mais surtout réputé pour ses travaux. Il faudra donc que je creuse plus ce sujet. Ceci dit, avoir en général du talent ne signifie pas qu’on est à l’abri d’un flop…

J’ai un peu l’impression que le film a été vendu sur cet argument « Une none lesbienne en avance sur ses contemporains et qui va changer les mœurs dans son couvent ». Je n’ai pas du tout trouvé que c’était ce qui était mis en scène : au contraire, j’ai trouvé la relation entre Benedetta et Bartolomea assez malsaine, en raison du pouvoir qu’exerçait l’une sur l’autre et de sa supériorité hiérarchique. Par ailleurs, il s’agit en réalité d’une passion quasi charnelle pour le Christ, qui n’est donc pas assouvie, ou plutôt si, sur la première personne venue, une jeune novice. A noter que le film est inspiré d’une histoire vraie, celle de la none Benedetta Carlini ; sa vie a été retracée par l’historienne Judith Brown. Cette version factuelle devrait davantage me plaire car je me demande à quel point son histoire a été adaptée pour plaire au public d’aujourd’hui.

Ensuite, on peut dire qu’il ne s’agit que d’un détail, mais qui selon moi fait toute la différence, c’est la langue. L’action se déroule dans l’Italie de la Renaissance et je trouve que la façon de parler des acteurs ne le reflète pas assez. Bon, évidemment, je ne dis pas que tous les films tournés en Italie doivent être en italien, mais si on pouvait quand même éviter d’écorcher le nom des lieux, ce serait plus agréable… Par ailleurs, certains passages étaient beaucoup trop actuels au niveau du vocabulaire et de l’élocution ; je ne suis pas sûre par exemple qu’une none du XVIIe siècle s’écrirait « Mon doux Jésus ! » toutes les 30 secondes. A l’inverse, à d’autres moments, lorsque la langue était un peu plus soutenue, cela ne paraissait absolument pas naturel. Cette problématique n’est absolument pas évidente à résoudre mais il y avait moyen à mon sens d’être plus rigoureux sur ce point.

Autre problème : du sexe et du sang à tout bout de champ. Sans exagération, je décrirais ce film comme étant un mélange de film d’horreur et de porno. Les scènes intimes sont montrées de façon très crue et sans aucune pudeur, ce qui me paraît un peu anachronique. Désolée si je choque, mais on était à deux doigts – hum hum – d’avoir une démonstration sur l’emplacement du clitoris (je viens vraiment d’écrire ça ??!). Et puis, bon, l’utilisation de la statuette de la Vierge offerte par SA MÈRE comme sextoy, même en étant par du tout croyante, je trouve ça vraiment de mauvais goût, sachant qu’il ne s’agit pas même d’une comédie. Oh et puis les scènes où Benedetta est censée être possédée étaient d’un ridicule…

Voilà, je ne sais pas trop quelle qualité trouver à ce film. Les acteurs sont pas mauvais mais j’ai vraiment été déçue lors du visionnage.

Annette

Voir la bande-annoncé ici !

Dernier film de ma sélection et ma plus grosse déception. Comme j’aurais aimé l’aimer ! xD J’y suis allée avec une amie – qui était en larmes la moitié de la projection ! – et il y avait vraiment tous les arguments pour que ça puisse nous plaire à toutes les deux : comédie musicale, romance, drame et Adam Driver (surtout pour lui 👀) !

Mais alors où est le problème ? Tout d’abord, – et je sais que ce n’est pas un bon argument pour une comédie musicale – il y avait trop de parties chantées : on avait à peine le temps de digérer une chanson qu’une autre suivait juste après. Et quantité ne rimant pas automatiquement avec qualité, je trouve que certaines chansons sont bâclées, enfin surtout les paroles, avec beaucoup de répétitions. De plus, bien que Marion Cotillard et Adam Driver aient un beau timbre de voix, ce ne sont pas des chanteurs professionnels, et certains passages n’étaient pas si agréables à écouter. Avec quelques chansons en moins, remplacés par des dialogues, le résultat aurait été beaucoup plus digeste, et aussi plus court (2h20, c’est long).

Les thèmes abordés sont très intéressants, mais survolés. J’aurais aimé voir davantage de scènes qui traitent de la célébrité, de la difficulté d’avoir une vie de couple, surtout lorsque les deux proviennent d’univers si différents. Parce que oui, Ann est une soprano à succès, synonyme de grâce et de raffinement, tandis qu’Henry est un humoriste plutôt provocateur (vous savez, du genre à faire de l’humour provoquant uniquement pour provoquer et pour se sentir intellectuellement supérieur) qui va finir en déclin, tellement ses spectacles mettent mal à l’aise. La jalousie qui en découle aurait pu être mieux exploitée mais j’ai l’impression que l’aspect comédie musicale n’aide pas vraiment à parler de ces sujets en profondeur… On part du principe qu’ils s’aiment, mais pourquoi ? comment ? Henry le dit/chante : « Ce que je vois en elle est évident, mais elle, que me trouve-t-elle ? » (retranscription de mémoire). Avoir ce genre d’informations permettrait de s’attacher beaucoup plus aux personnages.

Les images sont extrêmement esthétiques, il faut bien le dire, dans un Los Angeles quasiment onirique. A tel point que lorsque j’ai vu la poupée Annette en guise de progéniture pour le couple glamour d’Holywood, qui est assez laide, je me suis dit qu’ils avaient dépensé tout le budget dans les décors. Mais non, ce choix pour le moins surprenant est justifié à la toute dernière scène. Dernière scène par ailleurs très émouvante, la seule de tout le film : Annette, – qui suite à l’assassinat de sa mère hérite comme par magie de son don pour le chant, est exploitée par son père et devient une enfant star, – annonce à son père sa décision de couper les ponts avec lui, en raison de son enfance vécue sous les feux des projecteurs par sa faute.

Le personnage que joue Simon Helberg (ça m’a plu de le voir ailleurs que dans The Big Bang Theory) aurait pu être beaucoup plus central : il aurait soi-disant eu une aventure avec Ann mais on ne voit aucune alchimie/complicité entre eux. Il se dit contre l’exploitation d’Annette mais il finit par y participer, malgré sa douceur avec la petite prodige. Si les scénaristes tenaient absolument à le tuer, autant le rendre cohérent et fidèle à ses principes : qu’il meurt au moins en héros, en essayant de sauver Annette de l’emprise de son père.

Je pense que le réalisateur avait pour ambition de créer un nouveau genre cinématographique en mêlant comédie musicale et thriller, mais en tant que spectateur a-t-on réellement envie de voir un homme tuer sa femme en chantant ? Moi non en tout cas. Idem, des sujets tels que les féminicides, la complaisance des pouvoirs judiciaires avec les célébrités, l’influençabilité de l’opinion publique, la pression subie par les enfants stars sont passionnants et méritent d’être traités correctement. La profondeur requise pour un thriller psychologique est difficilement accordable avec la légèreté d’une comédie musicale. On ne peut pas tout faire dans un seul et même film.

Anecdote amusante : avant le début de la projection, un homme d’un certain âge, visiblement cinéphile a dit « Je ne me fie pas à l’avis de Télérama, je veux me faire ma propre opinion. ». Puis à la fin de la séance, juste après la fin de la dernière réplique « ENFIN !! LA PURGE EST FINIE !!! ».

Et vous, avez-vous vu ces films ? Qu’en avez-vous pensé ? Etes-vous plus indulgents que moi ? xD

A bientôt,

M.

Publicité

3 réflexions au sujet de “Top 3 des « pires » films de 2021”

  1. Hello ! Tout d’abord , merci pour ces trois critiques constructives et très intéressantes ^^ je n’avais prévu de voir qu’Annette , et c’est ce qu’il s’est passé , donc je ne peux échanger qu’à propos de ce film x) après avoir lu de nombreuses critiques et m’être fait mon propre avis , je ne peux qu’être d’accord pour la qualité des chansons qui rythment ce film ; certaines collent plutôt bien aux scènes et le résultat est assez convaincant , mais d’autres passent en effet moins bien et nuisent un petit peu à cette comédie musicale, qui normalement compte sur une bo faite pour marquer, alors qu’ici elle est facilement oubliable😅 tu n’as pas beaucoup abordé l’aspect visuel du film , mais je dois avouer que c’était pour moi le gros point tout du long , j’ai été très impressionné par l’esthétique générale , que j’ai trouvée a la fois rétro, actuelle et surréaliste. Je peux comprendre les personnes qui ont eu du mal avec Annette , je l’ai moi même trouvée un peu dérangeante au début mais on s’y fait xD je ne sais pas si tu as vu d’autres films de Leos Carax, mais celui ci s’inscrit vraiment dans la lignée des autres , mais je conçois que pour regarder un premier film du réalisateur, celui ci n’est peut être pas le meilleur pour commencer. Il est très axé sur le surréalisme et survole plusieurs thématiques actuelles importantes , ce qui peut déranger , je suis bien d’accord. J’ai pourtant beaucoup apprécié Annette ; ce film a ses défauts comme ses qualités et est (ce n’est que mon avis bien sûr) un des meilleurs que le réalisateur est fait. D’un point de vue « comédie musicale », ce n’est en revanche pas une réussite , qu’on se le dise xD mais techniquement, c’est une véritable prouesse à mes yeux , du jeu des (excellents) acteurs aux somptueux décors tous plus surprenants les uns que les autres en passant par l’onirisme / surréalisme omniprésent, qui fait la beauté du film et parvient (pas toujours cependant) à en cacher les défauts , que tu as très justement énumérés^^ ce surréalisme est d’ailleurs la raison pour laquelle ce film n’a pas fait l’unanimité x) pour conclure (désolé de la longueur😭) je vois Annette comme une expérience visuelle et sonore (pas musicale attention 😂) vraiment unique et appréciable , portée par un très bon casting , sans surprise , et aux différentes facettes étonnantes et intéressantes à découvrir. Enfin, je pense qu’il s’agit d’une œuvre destinée à un public plus qu’amateur , pour en apprécier chaque élément car le résultat peut être complexe pour un spectateur peu habitué à ce genre d’opéra rock surnaturel x) encore merci pour tes critiques et à très vite j’espère ;))

    Aimé par 1 personne

    1. Coucou !
      Merci pour ton partage. L’esthétique est une force indéniable de ce film et il est vrai qu’en sortant de la salle, malgré mon sentiment mitigé, j’étais toujours éblouie par les images. On est complètement happé dans un univers graphique et on ne va probablement pas l’oublier de sitôt.
      Par ailleurs, j’ai lu quelque part que les chansons ont été enregistrées sur le tournage, pas en studio : ce n’est sûrement pas un exercice facile pour les acteurs qui ne sont ni danseurs ni chanteurs donc j’ai envie de dire… respect xD
      Non, je l’avoue, je n’ai pas vu d’autres films de ce réalisateur mais tu m’as convaincue d’aller m’intéresser à sa filmo 🙂

      Aimé par 1 personne

      1. Surprenant en effet , un travail énorme en plus ^^’ et c’est avec plaisir , content de pouvoir faire découvrir ses œuvres;) (désolé de la réponse tardive je l’avais jamais envoyée 😅)

        Aimé par 1 personne

Répondre à yonidh Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s